CRESPIN Patrick

CRESPIN Patrick

« La passion c’est un drôle de truc ! Il faut bien l’avouer, personne n’a un plaisir naturel à s’exposer à de telles températures, à poser une matière à 1000° dans le creux de la main, la peau simplement isolée par un journal mouillé, ou encore à balancer des charges de 15kg au bout d’une canne. Je suis devenu frileux en exerçant un métier du feu, mais la flamme de ma passion brûle toujours autant. Voire plus qu’hier ».


Passionné par les arts graphiques, Patrick Crespin suit à Paris les cours de la célèbre école Estienne de 73 à 77. Son temps libre, il le passe à la bibliothèque des Arts et Métiers où il découvre le verre. C’est la révélation : il deviendra verrier.
En 1977 il se fait donc engager à la cristallerie de Souvigny, au grade le plus bas de la confrérie des verriers. Un an après, il quitte la manufacture avec le titre de souffleur. Puis, 3 ans durant, il approfondit la connaissance et les différentes techniques de son métier dans le nouvel atelier d’Alain Guillot. 6 mois au Canada, dans une verrerie spécialisée dans la confection de verres à pied, parachèvent sa formation initiale.

Début 1980, il allume son propre four dans un atelier près de Limoges, où il produit de la gobeleterie et autres verreries utilitaires. En 1985, il ouvre à Bessines-sur-Gartempe un atelier plus grand, avec 4 compagnons, et se spécialise dans la fabrication de luminaires Arts Nouveaux de haute qualité. Il y développe parallèlement la gravure à l'acide et devient un spécialiste de la restauration des pièces anciennes. Une maîtrise qui lui permet de créer des pièces en employant la technique dite du « graal » (des pièces décorées dans la masse du verre).

En 2016, l’incomparable souffleur de verre limousin, a décidé de cesser son activité après 40 années où il s’est forgé une réputation internationale.